Les légendes de Malinga (4ème partie)

Partage si tu aimes!Sharing is caring!)

..Abouga vint lui rapporter ce qui se passait avec les femmes. Il fallait qu’il les disperse afin de reprendre force et assurance. Sans pitié, Le roi Akoune II envoya ses gardes au lieu de supplication pour chasser le peuple. Les mamans les plus révoltées étaient cruellement réprimandées. Les guerriers d’Abouga faisaient preuve d’une violence incroyable. Certaines étaient trainées de force au sol et d’autres même jetées en prison. Cette nuit il y’eut une grande tristesse mêlée de crainte sur la cité. Le jeune roi en riait encore depuis son trône.

La disparition de Arhi.

Kpévika rentra de pêche un peu plus tard que d’habitude. Même les poissons se faisaient rares dans le fleuve. Souvent à son retour, la première des choses qu’il faisait, c’est d’aller directement à la cuisine avec les poissons frais afin que sa femme les cuisine. Sa femme était un cordon bleu dont il ne cessait de faire les éloges. Bien que de petite taille, elle avait un doux sourire et un charisme rare d’ #amazone. Elle s’appelait Arhi. Il arrivait des fois qu’elle ne soit pas d’accord avec les méthodes dures et incontrôlées de son mari. Il le savait. Kpévika en était éperdument amoureux. Elle seule arrivait à contrôler ses ardeurs. Elle était sa source de paix. Il alla la chercher à la cuisine mais elle n’y était pas. Puis dans leur cabane.. elle n’y était pas non plus. Il l’appela partout sur la rive mais sans réponse. Il vit arriver au loin une jeune fille, courant de toutes ses forces et visiblement paniquée. Elle était toute essoufflée. Affolée, il la fit asseoir et lui demanda la raison de sa venue. Elle répondit la gorge nouée et les mots entrecoupés « Fofo!*Fofo!Tata Arhi ! C’est Tata Arhi ! Ils l’ont..ils l’ont pris de force ! ». Elle lui narra l’histoire. Elle était aussi à la réunion des femmes et les guerriers d’Abouga l’avaient kidnappé afin de s’en servir comme moyen de pression sur lui. Kpévika n’avait jamais été autant submergé de rage. Il préfèrerait qu’on le tue plutôt que l’on touche à Arhi. Il ne supporterait pas.

Le combat des titans.

Cette fois-ci, le jeune roi et sa garde royale avaient dépassé les limites. Il décida d’affronter le roi de Malinga en combat singulier. Mais pas n’importe lequel. Ce combat était spirituel. Il rentra dans sa cabane,dans toute sa colère, prit une plume de corbeau dans sa malle et souffla des mots de défi : « Atoukpa yie do gbagba la, ye dou nawe le kpedzi..mia dogo le gborgbor me ».. Aussitôt la plume s’envola d’elle-même jusqu’à la chambre royale. Ce genre de défi, lorsque lancé, ne se refusait pas. Cette plume était synonyme de combat à mort. Le jeune roi étonné de l’assurance de cet homme balbutia des mots sur la plume pour relever le défi : « Ne eze wou ze la,tor to okpor ne le!». La plume retourna à Kpévika. Ils allèrent tous deux dans leurs chambres secrètes afin de se préparer. Kpévika mit son boubou. Ce boubou, certis de petits miroirs, était épais et de couleur noire. Le jeune roi était habillé en peau de caïman. Son chapeau était fait d’ailleurs de la même matière. Il s’assit sur son trône alors que Kpévika était accroupi au milieu de la chambre. Un vent glacial souffla puis en un laps de temps, ils quittèrent subitement leurs corps pour la forêt sacrée de Malinga. Leurs corps avaient gardé leur position intacte. Il était presque minuit.. un orage noir s’annonçait au dessus de la forêt. Voici donc Beaufort et Kpévika se faisant face pour un duel certainement à mort.. ils savaient dès cet instant qu’un seul d’entre eux reviendrait du monde spirituel…(À suivre)

Lâche un commentaire d’encouragement et clique sur partage!

P.S: Le prochain épisode n’est pas pour les âmes sensibles..

                                                                                                                                                                      Ne le rate surtout pas! 😉

Fb: Jérôme Jims Azilar

Projet « Little King » de Rafael Migliorini et Visuel par Jérôme Jim

Partage si tu aimes!Sharing is caring!)

3 thoughts on “Les légendes de Malinga (4ème partie)

  1. Ça doit faire un bon moment que je n’ai plus lu de telles histoires, et « les légendes de Malinga » me donne plus l’envie de commencer à relire des livres écrits en Français
    L’originalité des noms de tes personnages donne a le plus capté mon attention
    Courage Jérôme!!! 《Ne eze wou ze la, tor to okporne le》

  2. fan de commentaire composé j’avoue que l’originalité m’épathe!!fini la lé
    gende et sort un bouquin digne d’un fils du terroir.j’en ai la preuve talent c’est Dieu qui donne

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *